Les Azuréens n'ont enregistré que deux victoires lors des dix dernières rencontres. De quoi les pousser à la 15e place du classement avec seulement quatre points d'avance sur Monaco et un point sur Auxerre. C'est dire l'importance de ce match de mal classés et adversaire direct pour le maintien.

Quand il marque en premier, Nice ne perd pas (4 victoires, 2 nuls), mais quand il est mené, il a du mal à renverser la tendance (1 victoire, 4 revers). Voilà les Auxerrois prévenus. Le dernier quart d'heure de la rencontre est le plus difficile pour Nice (9 buts encaissés), alors que c'est le plus fort pour Auxerre avec neuf buts.

Lors de la dernière journée, ces Auxerrois ont souffert mais tenu et « on se rend compte que lorsqu’on est solide et qu’on ne prend pas de but, on a toujours une occas pour faire la différence » C’est dans cette optique qu’Auxerre se déplacera à Nice « en étant solide dans le jeu et en pratiquant le contre » selon le technicien bourguignon Jean Fernandez.

« Le succès face au PSG est important, non seulement d'un point de vue comptable, mais il a apporté un petit peu de sérénité à l'entraînement. Mais nous savons aussi que le plus dur reste à faire. Et n'oublions pas que face au PSG, nous n'avons pas retrouvé toutes nos qualités. Si on gagne, c'est en partie grâce à la réussite... »

Mais cette victoire, assombrie par la blessure d'Hengbart et le carton jaune de trop de Pedretti, suspendu samedi au stade du Ray, ne sera belle que si les Bourguignons reviennent avec quelque chose de la Côte d'Azur. « Un match nul serait une très bonne opération, car le Nice de samedi ne ressemblera pas à celui du week-end dernier (0-0 face à Lens), quand les Niçois avaient un match de Coupe de France disputé quatre jours plus tôt (3-2 à Reims a.p). On a besoin d'une série pour respirer un peu... »

Eric Roy, le coache de Nice croit en ses hommes."Dans un passé proche, on a déjà essayé de trouver des solutions en jouant de façon plus offensive, et ça ne nous a pas souri. Il faut trouver le juste équilibre. Les joueurs ont les qualités pour faire la différence. Je ne suis pas très inquiet. On parle du championnat, c’est vrai, mais en coupe nos attaquants ont marqué. Dans les prochains matchs, notamment en championnat, on arrivera à faire trembler les filets"

Plus d'investissement ... selon Chafni

"On a vécu des moments extraordinaires la saison dernière et là, dans la difficulté, malgré la fébrilité et la perte de confiance, on a vu que l’on restait soudé. Peut-être que l’on pensait vraiment s’en sortir par rapport à nos qualités. On a finalement pris conscience qu’elles seules n’allaient pas suffire. Qu’il fallait plus d’investissement. Ce travail a payé, avec une certaine réussite" confirmait kamel Chafni.

Les précédentes confrontations

Le bilan est relativement équilibré entre les deux équipes. En 19 confrontations, Nice a gagné 8 fois, alors qu'Auxerre affiche 5 succès. Les deux équipes ont terminé par un nul à six reprises. A noter que Nice n'a gagné qu'un de ses quatre derniers duels.

Sans Pedretti avec Birsa et Contout

Malade, Valter Birsa est opérationnel. Quant à Roy Contout, laissé à la disposition de la réserve le week-end dernier, il fait son retour dans le groupe bourguignon.

Benoît Pedretti, suspendu, sera lui absent. Tout comme Cédric Hengbart (genou), Rémy Riou (main), Jean-Pascal Mignot (pied), Julien Quercia (hanche), Yaya Sanogo (tibia) et Alexandre Licata (cheville).

Le groupe auxerrois
: Pontdémé, Sorin - Grichting, Berthod, Sidibé, Boly, Dudka, Coulibaly - N'Dinga, Sammaritano, Birsa, Chafni, Oliech - Contout, Jelen, A. Traoré, Le Tallec, Jung Jo-gook.

Le groupe niçois
Letizi, Ospina - Civelli, Clerc, K.Coulibaly, Gace, Mabiala, Paisley, Pejcinovic - Ben Saada, D.Diakité, Digard, Sablé, Ab.Traoré  - Bellion, Ljuboja, Mouloungui, Mounier

Blessés : Faé (phlébite), Hellebuyck (genou)