La Ligue des Droits de l'Homme Auxerroise organisait une réunion salle Soufflot pour traiter du sujet de la « vidéo-surveillance », pudiquement rebaptisée « vidéo-protection »