Au dessus de 5 %, le CO2 entraîne des effets irréversibles allant de l’atteinte des capacités mentales et physiques à la perte de conscience.

À partir de 10 %, la perte de conscience est rapide. La mort est imminente à des concentrations de 25 à 30 %.

Effets du CO2 sur la biosphère en cas de fuite

Les effets du CO2 sur la faune et la flore sont encore assez peu documentés, et sont variables suivants les espèces.

Néanmoins, quelques considérations d’ordre général ont été établies.

Pour les animaux de surface, les seuils déterminés pour l’Homme pourraient être des approximations appropriées. Les animaux de surface pourraient aussi subir des effets secondaires si les végétaux sont impactés.

Certains microbes sont tués par des concentrations de 10 %. D’autres (notamment des archées) peuvent être stimulés par une augmentation de la concentration en CO2. Sur les sites où du CO2 d’origine géologique est émis naturellement, l’activité et le nombre total de micro-organismes dans le sol sont modifiés. Une augmentation faible de concentration en CO2 dans l’air peut stimuler la photosynthèse et la croissance des plantes pourvu que les autres ressources nécessaires à la plante ne soient pas limitantes.

Sur les sites où du CO2 d’origine géologique ou artificielle est émis du sol, les impacts peuvent se manifester par quelques changements subtils dans la composition des peuplements végétaux sur les zones les moins exposées et peuvent aller jusqu’à la disparition totale des plantes au cœur des zones d’émission de CO2.

Effets des impuretés en cas de fuite de CO2

Une éventuelle fuite ne libérerait pas uniquement du CO2, mais aussi des impuretés (injectées avec le CO2, ou entrainées par la fuite de CO2).

Il peut s’agir des impuretés injectées avec le CO2 (en effet, le CO2 capté n’est jamais pur à 100%). Il peut également s’agir d’impuretés présentes dans le sous-sol (radon, sulfures…) et entrainées par le flux et/ou des impuretés provenant de réactions chimiques avec les composants présents dans le sous-sol. Peu de données existent concernant ces impuretés.

L’INERIS met en ligne sur son site internet des fiches de données toxicologiques et environnementales rassemblant l’état des connaissances sur les effets de nombreux composés chimiques sur l’homme et les êtres vivants.

Accidentologie du CO2

L’étude des accidents dus au CO2 montre que ce produit peut être dangereux en cas de rejet massif. Elle montre aussi que le contexte des accidents passés n’est pas comparable au stockage du CSC.

Deux tels accidents sont connus : accident   du lac Monoun (Cameroun, 15 août 1984) et accident   du lac Nyos (en réalité lac Lwi, Cameroun, 21 août 1986), qui ont engendré de très fortes concentrations de CO2 dans l’atmosphère, provoquant la mort de respectivement 37 et 1700 personnes.

Les facteurs de vulnérabilité humains

La vulnérabilité   face aux risques   liés au stockage géologique du CO2 s’aborde suivant trois dimensions : matérielle, environnementale, et humaine, qui est la plus importante. En ce qui concerne cette dernière, le système de cartographie permet de connaître la densité de population. Des études de terrain sont nécessaires pour mieux connaître la vulnérabilité   différentielle à l’intérieur de la population.

Densité de population : information et sensibilisation à l’intérêt du CSC de la population (mais son adhésion n’est pas forcément nécessaire), démarche de concertation par commissions locales impliquant la population, enquêtes d’utilité publique avec des commissaires enquêteurs nommés à cet effet.

Les facteurs démographiques sont importants, par exemple la présence de très jeunes enfants ou de populations âgées. La présence éventuelle d’établissements recevant du public comme des crèches ou maisons de retraite est donc a noter. Les facteurs sociaux et économiques peuvent aussi jouer, l’implantation d’un stockage dans une zone peut mobiliser des arguments de justice et d’équité par rapport à d’autres zones du département et de la région.

DOCUMENTS A TELECHARGER

Recommandations du panel de citoyens sur le captage et Stockage du CO2. (PDF - 40,8 ko)

(SOURCE : www.metstor.fr) Système d’information géographique sur le captage et stockage géologique du CO₂ en France

Prochain article : Critères de sécurité pour le stockage géologique du CO2