Exposé de l'étude et des scénarios chiffrés pour la restauration de l'église Saint-Pierre par l'architecte choisi devant les élus municipaux d'Auxerre, jeudi soir. 6 millions d'euros en six ans financés à 60% par l'État et la Région. Le coût de la restauration de la Tour de l'Horloge est estimé à 1,7 millions

 

 

 

 

Guy Férez et Guillaume Larrivé ne se sont jamais autant aimés publiquement et fait autant assaut d'amabilités policées et complices. Mais ni l'un ni l'autre n'ont cédé le moindre pouce de terrain. Malgré les "Guy ... et Guillaume ..." mielleusement envoyés dès le début de la longue séance du conseil municipal, jeudi soir.

La présentation de l'étude sur les désordres de l'église Saint-Pierre et les scénarios chiffrés de restauration par le cabinet d'architecte choisi, furent instructifs et semblent avoir placé les élus dans les meilleures dispositions.

Les 6 millions d'euros de travaux sur 6 ans financés à 60% par l'État 40 et la Région 20, semblent assimilables par les finances de la ville et le clocheton qui ne vaut pas tour, en vaut la chandelle car cette église Saint-Pierre, Jean-Paul Rousseau ancien adjoint à la culture et aux travaux ne dira pas le contraire, est un édifice vraiment d'exception. À plusieurs égards.

Le maire Guy Férez a enchaîné en communiquant plusieurs informations. Après cette présentation jouée dans le noir, videoprojecteur oblige, tandis que les volets de la salle de conseil étaient fermés afin de permettre le spectacle quotidien de video zapping sur la façade de l'Hôtel de Ville, regardé, tous les soirs, par la population de passage.

Le maire a donc livré plusieurs informations mettant en perspective les prochains chantiers. Après avoir indiqué que la semaine de 4 jours serait appliquée à nouveau à la prochaine rentrée. Tel est le résultat de la consultation des écoles et parents d'élèves. Les NAP (nouvelles acticvités péri-scolaires) ne seront donc plus proposées aux élèves à la prochaine rentrée de septembre 2018, en dépit de leur succès d'estime.

 

Deux maisons médicales

 

Un pôle médical rive droite (400 000 euros) avec un et peut-être deux cabinets dentaires, un cabinet médical, un infirmier, un osthéopathe, une association d'aide aux soins à domicile ; ainsi qu'un cabinet médical sanitaire avancé dans les hauts d'Auxerre. Ouvert aux médecins libéraux et à quelques internes adossés à des filières de soins. L'objectif est évidemment de répondre aux besoins et de désengorger par une régulation le service des urgences à l'hôpital (sic).

Le maire a également annoncé trois programmes de construction de logements, porte de Paris (50) livrés fin 2018, Saint-Amâtre (50) côté ancienne gare qui s'étoffera avec le déménagement de la crèche (Kiehlmann) du Pont, enfin, une opération aux Rosoirs de 24 logements, hors programme du renouvellement urbain. Cela donnera une image de ce que pourraient être les futures réalisations.
Une vitrine préfigurant le renouvellement urbain.

 

Boutique tremplin

 

Guy Férez intarrissable à la veille de son départ en vacances, a également annoncé l'ouverture d'une boutique non pas éphémère mais "tremplin". Elle est située dans les anciens locaux abandonnés par Arts Diaphragmes à l'angle de la rue Joubert et Saint-Pélerin. Loyer de 200 euros, bail de 18 mois avec un bilan après 12 mois.

Le maire a indiqué que l'AJA allait ouvrir une boutique en centre ville ce qui est une bonne chose.

Guy Férez s'est réjoui du plan gouvernemental Coeur de ville (5 milliards d'euros sur 5 ans) et s'est plu à féliciter le Premier ministre à Cahors. Les projets d'Auxerre et de l'agglomération vont dans ce sens et sont en concordance avec l'esprit du cahier des charges. Aussi Guy Férez a-t-il affirmé avoir mobilisé les services ville et agglo, afin d'être prêt, dès le début du mois de janvier 2018. Plus de 180 villes seraient éligibles dont 80 en 2018.

Auxerre sera candidate et prendra en compte dans les projets, l'aménagement de la place des Cordeliers que souhaite voir intégrer Guillaume Larrivé, ainsi que la question du stationnement. Évolution : Guy Férez, semble-t-il veut creuser sous la place. Pour voir.

Une statégie lancée

 

L'idée qui préside à ce plan coeur de ville est de pouvoir avancer en matière de logements durables et de coercition des logements délabrés en obligeant les propriétaires à procéder aux travaux de restauration sous peine d'expropriation. Guy Férez s'enhardit. L'adhésion à l'établissement foncier régional va dans ce sens. Une stratégie va être lancée qui prendra en compte la requalification des espaces publics et l'innovation, qui constitue un des critères au cahier des charges du plan gouvermental coeur de ville.

Le député, conseiller municipal d'opposition Guillaume Larrivé, abonda dans ce sens estimant qu'Auxerre devait se mobiliser à fond  pour ce projet. Et d'appeler au bloc et à un front commun avec le maire d'Auxerre.

Guillaume Larrivé enchaîna sur la carte judiciaire afin de demander au maire d'Auxerre de le rallier dans sa démarche de renforcement de l'institution auxerroise qui dépend administrativement de la cour d'appel de Paris. Le député plaide en faveur du maintien de cette appartenance géographique qui indique que l'Yonne est proche de l'Île-de-France et entend, dit-il, le rester. Pas question donc de dépendre à l'avenir d'une circonscription Dijon ou Besançon.

Et de proposer un renforcement du Pôle judiciaire d'Auxerre après concertation avec les magistrats et juristes, avocats locaux.  Et de demander au maire d'Auxerre de le rejoindre dans cette action. Ce dernier lui  a emboîté le pas affirmant que ce renforcement ne pouvait se faire qu'à Auxerre. Cela dit le maire appelle à la prudence : il ne veut pas que la vampirisation de Sens par la région parisienne s'étende à l'Auxerrois.

 

Bonnefond ne répond pas

 

Le député intervint ensuite pour refaire l'historique de la problématique du 15 et de l'hélicoptère d'Auxerre. Et d'engager son action auprès de la ministre de la Santé et d'en rendre compte en toute humilité.

L'hélicoptère et son maintien à Auxerre est un leurre, panneau dans lequel serait tombé AUXERRE TV, et le vrai enjeu est le maintien du 15, le centre d'appel et de régulation, à Auxerre dans l'Yonne et non à Dijon comme prévu par l'ARS et la ministre.

Le maire et le député sont d'accord la-dessus.

Et le maire d'Auxerre d'envoyer au tapis le député, sans le vouloir, en évoquant la situation sanitaire dans l'Yonne.

Depuis deux mois, Guy Férez qui est aussi président du groupement inter-hospitalier Tonnerre-Auxerre-Avallon-Clamecy et président du conseil de surveillance du centre hospitalier d'Auxerre, s'emploie à mettre en route la mutualisation du 15 et du 18 (pompiers) dans l'Yonne, se référant à des propos du Président de la République à ce sujet allant dans ce sens.

Une action qui, selon le maire d'Auxerre, ne trouve pas écho au Sdis (service départemental et d'incendie) non plus qu' auprès de son président Christophe Bonnefond, maire de Venoy, vice-président du conseil départemental chargé des routes notamment.

Et Guillaume Larrivé, convaincu, d'affirmer, qu'il allait mettre de l'huile dans les rouages.

Guy Férez d'appeler à une politique du territoire dans la même veine que Guillaume Larrivé.

Allez tous ensemble, tous

 

Pierre-Jules GAYE

 

 

Il y a du flou ...

 

 

Le ministère de la parole dans l'opposition ne suffit pas à Guillaume Larrivé, député

 

 

BIBLIOTHÈQUES DE LA VILLE GRATUITES À PARTIR DU 1ER JANVIER 2018

Le maire Guy Férez a annoncé jeudi soir, en prélude de l'ordre du jour du conseil municipal, que les bibliothèques de la ville seront désormais gratuites, à partir du 1er janvier 2018. La lecture publique constitue la première porte d'accès à la culture. En principe les citoyens de l'agglomération pourront également bénéficier de l'accès gratuit mais le maire souhaite vérifier que cela ne gêne pas les communes qui auraient des systèmes payants

# Le CM a débuté à 18 heures. L'ordre du jour est entamé à 20h55

# Le budget 2018 adopté, l'opposition s'abstient car l'impôt n'augmente pas, mais juge le niveau d'investissement trop faible