OK
 

Mot-clé - planète

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 02 juin 2017

La Voix de la France

La déclaration du président de la République deux heures après l'annonce par Donald Trump du retrait des États-Unis de l'accord de Paris, a marqué les esprits et fait entendre sur la planète la Voix de la France

Lire la suite...

Climat : les États-Unis se retirent de l'accord de Paris

De Barack Obama à Emmanuel Macron en passant par le PDG de Tesla, Elon Musk, le président américain Donald Trump s'est attiré les foudres du monde entier, après son annonce de la sortie immédiate des États-Unis de l'accord de Paris. Le discours du président de la République qui est intervenu en français et en anglais en toute fin de soirée. Pour dire qu'il n'y aura pas de renégociation car il n'y a rien à négocier comme il n'y a pas de plan B car il n'y a pas de planète B. Emmanuel Macron a lancé un appel aux chercheurs et étudiants américains pour venir en France aider à trouver des solutions pour sauver la planète. L'Europe fait corps pour de nouvelles initiatives

Lire la suite...

mardi 09 juin 2015

Une journée de la Terre pour évoquer la planète

Faire reculer la misère et l'ignorance dans le monde, vaste programme et vaste chantier

Lire la suite...

lundi 07 décembre 2009

L'homme chaud

Un grand show planétaire pour un résultat incertain. Son bilan carbone s'annonce lourd, mais c'est pour la bonne cause. Si un traité semble inaccessible, du moins des engagements fermes des Etats sont-ils espérés en vue d'une réduction forte des émissions de gaz à effet de serre. En sachant qu'au-delà des mots, il y a des équilibres nationaux et sociaux en jeu.

Les "climato-sceptiques", c'est-à-dire ceux qui doutent du lien entre l'activité humaine et le réchauffement planétaire, sont encore nombreux, et influants. Ils sont exploitants d'énergies fossiles, professionnels des transports, membres républicains du congrès américain, ou simplement sceptiques par nature face aux vérités scientifiques trop unanimes.

Ils viennent de recevoir un sacré coup de pouce dans leur combat écologiquement incorrect. Des pirates informatiques ont détourné et publié des milliers de mails émanant d'un des hauts lieux de la climatologie, un centre de recherches britannique. Or ces courriels permettent de deviner que les chercheurs se livrent à certaines 'corrections de données' pour mieux mettre en évidence le dérèglement climatique, en écartant les données contradictoires, ou encore que l'on élabore des tactiques pour empêcher les publications contraires à la thèse officielle.

Les croisés du sauvetage futur de la planète n'ont-ils pas négligé le "social" et la vie des peuples d'aujourd'hui ? N'ont-ils pas oublié que la baisse d'émission de CO2 dans les pays développés s'était faite au prix d'une chute de la croissance et de l'emploi ? Et que des pays de l'ancien bloc soviétique ayant hérité d'une industrie polluante ne pourraient se reconvertir brutalement ? Il suffit de voyager en Chine, au Vietnam où les fleuves ressemblent à des égouts et en France, où tant de plages sont polluées, pour mesurer les dégâts.

L'issue du sommet est donc imprévisible. Rien ne serait pire que des mesures homéopathiques ou encore des déclarations d'intention face à cet ennemi implacable. A la fin du siècle les côtes du Languedoc pourraient, selon des études documentées, être régulièrement submergées par les eaux. Deux petits degrés de plus et le sort de la planète serait joué. Il faut quand même croire au miracle, à des prises de décisions difficiles mais inévitables qui changeront définitivement nos modes de vie.

C'est à se demander si, à la place de Copenhague, le sommet n'aurait pas dû se tenir à Lourdes.