OK
 

Mot-clé - transmission

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 12 novembre 2017

11 novembre à Auxerre le drapeau de la mémoire entre dans les lycées et collèges

Belle et forte cérémonie, vivante, ouverte au monde où la transmission du devoir de mémoire a désormais son drapeau dans la cité de Paul-Bert. Il ira de lycées en collèges en rotations de six mois

Lire la suite...

mercredi 08 avril 2015

La transmission

Enfin ...

Lire la suite...

mardi 13 janvier 2015

République, dessine un avenir

Quel avenir propose la République à ceux qui ont 20 ans ?

Après la séquence émotion et recueillement, Manuel Valls et son gouvernement auront beau prendre toutes les mesures de sécurité et de lutte contre le terrorisme et le fanatisme, si la France ne propose aucun avenir aux jeunes, rien ne changera. Ce sera un coup d'épée dans l'eau.

Quand on a 20 ans on déborde d'énergie, on refait le monde.On a un besoin viscéral d'absolu.  Encore faut-il faut que le monde soit ouvert et non fermé.

Un avenir pour les jeunes c'est la possibilité d'avoir un idéal et d'imaginer qu'un chemin de vie existe.

Aujourdh'ui, il n'y a plus d'idéal, plus de raison de se dépasser,  Il y a eu la religion, la nation, le patriotisme, la foi dans le progrès continu, la science. Maintenant  la société de consommation débouche sur l'enrichissement insensé, la fuite en avant, le toujours plus pour certains et le toujours moins pour les autres.

Un avenir pour les jeunes, c'est l'abord avoir la liberté et les moyens d'étudier. Comment étudier si la bourse maximum d'un étudiant est de 5 500 euros par an ? Comment vivre ? Seuls ceux des familles aisées y arrivent.

Regardez les statistiques : combien de fils d'ouvriers font des études supérieures ? Le pourcentage est infime et l'école reproduit l'ordre établi. Elle reproduit la structure de la distribution du capital culturel et financier.

Un avenir pour les jeunes c'est de pouvoir avoir une chance, une vraie chance d'emploi. Aujourd'hui, un jeune hyper diplômé est content lorsqu'il obtient un stage non rémunéré dans une entreprise.
Notre économie ne crée pas d'emplois et les rares postes disponibles sont immédiatement pris d'assaut par les fils de ceux qui ont déjà tout. Nous sommes entrés dans le monde des “relations”. Que fait-on pour ceux qui n'en ont pas ?

Pire, la République au travers des lois sur la transmission des patrimoines, accepte que les outils économiques - les entreprises - transmises aux enfants des entrepreneurs, au risque qu'elles tombent dans les mains d'incompétents. C'est un autre scandale. L'outil économique ne devrait pas être ainsi transmis. Les biens de famille, jusqu'à un certain point, oui, les entreprises non. N'en déplaise aux fils à papa qui n'ont jamais rien entrepris véritablement dans leur vie et qui, par le hasard de la naissance sont “bien” nés.

La République dont Manuel Valls apparaît devant l'Assemblée nationale comme le héraut, doit aller de l'avant. Sécuriser certes, mais surtout aller de l'avant, inventer, créer avec force et vigueur, tracer de nouvelles voies, belles, capables de se transfomer en idéal pour les jeunes.

La laïcité, seule, la plus belle invention humaine, ne suffit pas. Elle est la condition nécessaire mais pas suffisante.

L'idéal de la République pour les jeunes de banlieue et beaucoup d'autres, aujourd'hui, c'est l'impasse. Le non avenir. Le néant.

Alors ce paradis promis aux martyrs avec toutes ces vierges qui les attendent… quel rêve. Les esprits les plus démunis, fragiles ou désespérés  y découvrent une lumière, une foi en quelque chose qui les dépasse, la création d'un nouveau pays qui abrite cette religion

Acheter une kalachnikov coute 250 Euros. Se sentir surpuissant et exister. Fut-ce furtivement. De vivre, enfin. Ou au moins en avoir le sentiment, quelle qu'en soit l'issue.

Pierre-Jules GAYE